15% de remise sur tout Segafredo | Découvrez toutes nos promotions !
Livraison gratuite à partir de 100 €
Achat sur facture possible via Klarna*

Café d'Amérique centrale

Café d'Amérique centrale et des Caraïbes

La plupart des pays des Caraïbes et d'Amérique centrale sont connus pour leurs plages blanches et leurs eaux turquoises. Peu de personnes savent que plusieurs cafés de spécialités sont cultivés dans ces pays tropicaux. Les conditions tropicales dans les régions de vacances équatoriales sont non seulement propices au tourisme, mais aussi à la culture du café. Pour de nombreux petits pays, économiquement faibles pour la plupart, le café offre une bonne occasion d'attirer des capitaux et de gagner un peu d'argent. De nombreux États dépendent aujourd'hui de la culture de l'or noir.  

 

Costa Rica

Pays et personnes

Ce n'est pas sans raison que le Costa Rica est appelé la « Suisse de l'Amérique centrale ». Par rapport aux pays voisins, le Costa Rica a commencé très tôt à mettre en œuvre des mesures de politique sociale significatives et peut se prévaloir d'une démocratie stable et durable. Situé entre le Nicaragua et le Panama, et entre les Caraïbes et le Pacifique, le Costa Rica est le pays le plus avancé de sa région. Plus d'un quart de sa superficie est aujourd'hui une réserve naturelle et près de 100 % de son énergie est produite à partir de sources renouvelables. L'éducation est très importante et, comparé aux pays voisins, le Costa Rica est également sûr / sécurisé pour les touristes. Le Costa Rica est situé à des latitudes équatoriales et bénéficie d'un climat tropical toute l'année, qui s'exprime par des saisons sèches et des saisons des pluies distinctes. Avec des conditions climatiques différentes des deux côtés de la chaîne de montagnes centrale, de nombreux plateaux et forêts vierges, des marécages et des plages blanches, le Costa Rica offre une grande variété de conditions pour la culture du café.

 

La culture du café au Costa Rica

Le Costa Rica est connu pour plusieurs variétés d'Arabica, de bonnes à très bonnes. Certaines variétés très spéciales comme la Caturra et la Villa poussent presque exclusivement au Costa Rica. Le ministère de l'agriculture, plutôt progressiste, a complètement interdit la culture des grains de robusta, souvent considérés comme de qualité inférieure, et impose des exigences de plus en plus strictes aux cultivateurs de café. Comme pour le principal produit d'exportation du pays, la banane, le niveau de production du café est en constante augmentation. La protection de l'environnement, la durabilité et le renoncement aux pesticides et aux engrais artificiels sont les objectifs à long terme que le pays s´est fixé.  

Le Costa Rica étant un pays très diversifié, il existe des centaines de variétés et de variantes de café Arabica. Les pentes des volcans, extrêmement fertiles grâce à leurs cendres volcaniques, sont particulièrement appréciées des agriculteurs. Partout dans les montagnes, on trouve de petites coopératives et des agriculteurs individuels qui cultivent leur propre café. Aujourd'hui, le café est le deuxième produit d'exportation du pays et il est principalement exporté vers les États-Unis, l'Allemagne et d'autres pays européens.

 

Les cafés du Costa Rica

Cependant, mettre tous les cafés du pays sur un pied d'égalité ne rendrait pas justice aux nombreux cafés extrêmement divers qui sont cultivés au Costa Rica. On trouve rarement de l'arabica 100% costaricain. Cependant, de nombreux blends italiens contiennent des grains provenant de ce pays ensoleillé. Ils sont surtout connus pour leurs arômes fins et versatiles. D'un corps plain, aux arômes fruités, à une acidité particulièrement douce, le pays a tout à offrir.

En raison de l'humidité élevée, les grains sont traités par voie humide ou semi-sèche, selon la région, et récoltés entre juillet et février. Bien que le pays soit assez avancé, la plupart des grains sont récoltés et souvent triés à la main, surtout dans les zones montagneuses impraticables.

 

République dominicaine

La République dominicaine, connue par beaucoup comme une destination de vacances paradisiaques, est entrée en contact avec la culture du café dès le début du XVIIIe siècle par le biais des puissances occupantes. Pendant longtemps, la République dominicaine, qui partage l'île d'Hispaniola avec son voisin Haïti, a été dépassée par ce dernier dans la culture du café. À certaines périodes, Haïti était responsable d'environ la moitié de la culture du café dans le monde. Cependant, après l'indépendance de la puissance coloniale espagnole, le pays s'est rapidement appauvri et la production de café a diminué. D'autres pays, dont l'idyllique République dominicaine, ont réussi à conquérir le marché grâce à l´industrie du café.

 

La culture du café en République dominicaine

Ce petit État insulaire, situé entre les Caraïbes et l'océan Atlantique, offre des conditions idéales pour la culture des grains arabica grâce à son climat tropical et à ses vastes montagnes. Alors que le nord du pays est particulièrement intéressant pour les touristes, certaines variétés populaires de l'arabica poussent sur les pentes des montagnes atteignant jusqu´à 3000 mètres d´altitude.

Pendant longtemps, la culture du café a été éclipsée par celle de la canne à sucre. Les nombreuses montagnes et les terrains impraticables donnent naissance à de nombreuses petites exploitations agricoles qui forment des collectifs et tentent de produire du café de qualité supérieure. Des concours nationaux, où les agriculteurs de différentes régions comparent leurs cafés, favorisent la diversité et surtout la qualité des produits. Les Dominicains se sont fixés pour objectif de produire des cafés de spécialité et sont fiers de ce qu´ils ont accompli, surtout au cours des deux dernières décennies. Le commerce du café devient de plus en plus important et les Dominicains apprécient également de plus en plus leur or noir. Entre-temps, ils sont devenus les plus grands consommateurs de leur propre café, après les États-Unis.

 

Les cafés de la République dominicaine

Les variétés d'Arabica Ocoa et Juncalito sont particulièrement connues et appréciées des connaisseurs pour leur douceur et leurs arômes chocolatés et de noix. Il convient de noter que la plupart des cafés produits par la petite république sont biologiques et issus du commerce équitable. De plus, la République dominicaine est également connue pour son chocolat très prisé !

 

Le Salvador

« Stricktly High Grown » est le meilleur café que le Salvador puisse offrir. Bien qu'il ne soit pas toujours à la hauteur du Costa Rica ou du Guatemala, ce petit pays se fait de plus en plus remarquer. Environ sept millions de personnes vivent au Salvador. Cela fait du Salvador le pays le plus densément peuplé d'Amérique centrale. Il a beaucoup à offrir, surtout aux touristes, avec des plages de rêve sur la côte Pacifique, des forêts tropicales, des montagnes, des chutes d'eau spectaculaires et une culture dynamique. Si vous suivez la route « Ruta de Las Flores », on remarque rapidement que la culture du café est importante pour le pays et que les agriculteurs sont très fiers des grains qu'ils produisent.

 

La culture du café au Salvador

Le Salvador est très montagneux. Les infrastructures nécessaires à la culture industrielle du café sont pour la plupart inexistantes, de sorte que le café est cultivé presque exclusivement par de petits exploitants et que la plupart des activités sont réalisées à la main. Les engrais artificiels, qui sont très chers par rapport aux revenus des agriculteurs, ne sont généralement pas utilisés. À la fin du XIXe siècle, le Salvador était le plus grand producteur de café au monde et est devenu une partie importante de la culture locale. Aujourd'hui encore, la culture du café est perçue comme un art, les cultivateurs sont attentifs à la qualité et atteignent régulièrement l'excellence.

Seuls des plants d'arabica sont cultivés ici. Ils poussent sur les pentes de la région d'Apaneca-Llamatepec, les versants qui surplombent l'océan Pacifique. Les grandes fluctuations de température rendent la culture dans la région de plus en plus difficile. Le Salvador est connu pour son climat unique. On y cultive particulièrement les variétés Arabica Bourbon, Pacas et Pacamara. Comme de nombreuses pentes montagneuses du Salvador sont assez raides, l'érosion des sols est un problème dans les monocultures. Dans les cultures mixtes avec des bananes, des fruits et d'autres plantes, l'érosion est empêchée par les solides racines, tout en fournissant l'ombre nécessaire à la croissance des nombreux caféiers.

 

Les cafés du Salvador

Les cafés du Salvador sont décrits comme particulièrement harmonieux et doux. Les arômes vont du chocolat aux agrumes, avec une acidité modérée et une touche finale qui persiste en bouche, il est aujourd'hui apprécié dans le monde entier.

 

Guatemala

Le Guatemala est un pays fortement secoué par la guerre civile. Bien que la situation se soit quelque peu stabilisée, le pays souffre encore des conséquences des émeutes. Avant la guerre civile, le Guatemala était connu comme producteur de café fin. Comme de nombreuses zones de culture ont été détruites, le pays tente lentement mais sûrement de revenir à l'ancien art de la culture du café. Le café est la branche la plus importante de l'agriculture, surpassée seulement par le tourisme et l'industrie textile.

 

La culture du café au Guatemala

La bonne réputation du café guatémaltèque a incité les États-Unis à apporter un soutien financier à la reconstruction de la production de café du pays.

Aujourd'hui, des arabicas plus facilement commercialisables sont cultivés. Les plants d'arabica sont greffés sur les racines des plants de robusta détruits par la guerre. La robustesse des plantes appelées Coffea Canephora peut donc être combinée à la bonne qualité des grains Arabica.

Plus de la moitié de la surface est couverte par des montagnes. Entre autres, le volcan Tajumulco, la plus haute élévation d'Amérique centrale, offre d'excellentes conditions pour la culture du café, grâce à ses cendres volcaniques fertiles, son climat tropical et ses précipitations suffisantes.

Le Bourbon et le Caturra sont principalement cultivés. Dans les plaines, de plus petites quantités de Robusta sont également cultivées

 

Café du Guatemala

Avec une grande variété de zones de culture et de conditions, le café du Guatemala n'est pas facile à généraliser. Le café Antigua est particulièrement populaire. L'épice fumée et l'acidité parfois accentuée sont typiques du café du Guatemala. Il est apprécié pour son intensité et son corps, le goût fort persiste longtemps en bouche sans devenir désagréable. Selon la région de culture, on peut détecter de nombreux arômes différents, chocolat, caramel ou même fruité.

 

Hawaii

Hawaii est connue pour beaucoup de choses : le surf, l'eau bleue, les plages et les fêtes sous les cocotiers. Peu de personnes savent qu'Hawaï est la seule zone de culture du café au monde qui appartient à un État industriel occidental. Dès 1817, le caféier du Brésil a été introduit et cultivé dans le 50e État des États-Unis. Comme la culture était initialement difficile et qu'elle a ensuite été entravée par des parasites, la plupart des plantations de café ont cédé la place à des plantations de canne à sucre vers la fin du XIXe siècle. Cependant, les quelques personnes qui ont continué à cultiver le café ont vite compris que les conditions à Hawaii étaient idéales et que la culture du café pouvait être utile. Après la stabilisation des prix du marché mondial du café après la Seconde Guerre mondiale, la culture du café à Hawaii a commencé à se développer et à prospérer.  

 

La culture du café à Hawaii

Hawaii se compose de plusieurs petites îles d'origine volcanique. Avec un climat tropical et des nuages vecteurs qui couvrent le ciel de manière fiable l'après-midi, l'archipel offre de bonnes conditions pour la croissance des plants de café. En fait, Hawaii est la zone de culture du café la plus productive au monde. Nulle part ailleurs les plantes arabica sophistiquées ne poussent aussi bien qu'ici. Cela est dû à la fertilité exceptionnelle du sol volcanique et au climat idéal.

Les variétés d'arabica Caturra et Typica et le célèbre café Kona sont cultivés ici.

Le café Kona est cultivé dans une zone de seulement trente mètres sur trois sur la "Grande île" hawaïenne et est connu pour sa taille inhabituelle et la qualité exceptionnelle de ses grains. Avec plus de 100 euros le kilo, c'est aussi l'un des cafés les plus chers du monde.

Les autres cafés des îles hawaïennes sont également très chers. Comme Hawaii fait partie des États-Unis, les salaires des travailleurs des plantations, les prix des engrais, des machines et des transports sont ajustés au niveau des prix des États-Unis. Cela rend la production de café très coûteuse.

En raison de son exclusivité, le café hawaïen est très rarement présent dans les blends normaux.

 

Café hawaïen

En termes de goût, les grains sont décrits comme particulièrement corsés et délicats. Des arômes très particuliers tels que la cannelle, le chocolat au lait, le caramel et les fruits secs font du café de Kona le café le plus excitant de l'archipel. Les vrais fans prétendent le préparer en utilisant la méthode du "cold-drip".

 

Honduras

Le Honduras est le plus important pays producteur de café en Amérique centrale. Avec ses temples mayas, sa côte caribéenne, ses forêts tropicales luxuriantes et ses sites de plongée de renommée mondiale, le Honduras attire de nombreux touristes. La situation politique du pays rend cependant difficile le tourisme et même la culture du café. Les agitations et la criminalité secouent ce pays déjà pauvre.

Environ 80 % des habitants du Honduras vivent sous le seuil de pauvreté. Avec son climat tropical et sa géographie montagneuse variée, le pays offre de bonnes conditions pour la culture du café. La culture des caféiers a commencé dès le début du siècle dernier et les colonialistes ont vite compris que les hauts plateaux pouvaient produire du bon café.

Aujourd'hui, la plupart des plantations de café sont la propriété de grands exploitants américains. Les grands propriétaires terriens cultivent du café de bonne ou de mauvaise qualité dans de grandes monocultures ; les fortes précipitations empêchent également la transformation à sec. Les terrains de mauvaise qualité ne sont pas rares en raison du climat humide. Les habitants n'en bénéficient pas. Alors que les grands propriétaires des terres laissent en jachère plus de la moitié de la surface agricole utilisable du pays, de nombreux petits agriculteurs locaux n'ont pas assez de terres pour subvenir à leurs besoins et beaucoup d'autres n'ont pas de terre du tout et doivent gagner leur vie en tant que travailleurs saisonniers. L'initiative visant à redistribuer les terres inutilisées a échoué.

 

Le café au Honduras

Grâce à de petites initiatives récemment fondées qui bénéficient du commerce équitable, la culture du café au Honduras se développe néanmoins lentement mais sûrement. Dans ce pays en particulier, le commerce équitable direct est le seul moyen d'apporter une aide durable. Pour un bon café, la région de « Marcela » est bien connue. Les arabicas « Stricktly High Grown », qui poussent au Honduras jusqu'à 2000 mètres d´altitude, ont une bonne réputation. Une agréable acidité et des arômes particulièrement fins et épicés tels que les fruits, le bois et les noix sont typiques des Arabicas du Honduras.

 

Jamaïque

Bien que le café ne représente pas une part particulièrement importante de l'économie jamaïcaine, il est mondialement connu. Le café Blue Mountain de Jamaïque, en particulier, s'est fait un nom en tant que café de qualité supérieure et est donc vendu à des prix très élevés. Si vous souhaitez dégustez le deuxième café le plus cher au monde il faudra compter plus de cent vingt euros par kilo.

L'histoire du café jamaïcain remonte à des temps étonnamment anciens. Le premier caféier est arrivé sur l'île avec le gouverneur de l'époque dès 1728, et seulement cent ans plus tard, le pays des Caraïbes produisait 15 000 tonnes de café vert. En raison de divers facteurs, tels que la détérioration des relations commerciales avec les pays acheteurs et l'érosion des plantations de monoculture, la production a considérablement diminué. Aujourd'hui, la Jamaïque exporte principalement du sucre et du rhum et vit du tourisme.

À la fin du XIXe siècle, des efforts ont été entrepris pour restaurer la bonne réputation du café jamaïcain. Plusieurs lois ont été promulguées sur la réglementation de l´industrie du café en Jamaïque et une «  autorité de régulation » est mise en place.

 

La culture du café en Jamaïque

Les montagnes jamaïcaines sont idéales pour la culture du café. Le pays, qui est situé dans une zone tropicale dispose d'une bonne infrastructure par rapport à de nombreux autres pays producteurs de café et d'une autorité qui garantit le strict respect des exigences de qualité et de durabilité des cultures. Les variétés d'arabica, cultivées principalement dans les montagnes du centre du pays, atteignent une qualité supérieure.

Outre la variété Typica, le café Blue Mountain est particulièrement bien connu et est considéré comme le produit phare des cafés jamaïcains. Comme pour le champagne, seul le café qui provient d'une région bien définie peut être appelé « Blue Mountain ». Entre 900 et 15000 mètres d'altitude, il pousse sur les pentes des « Blue Mountains », le nom dérive du brouillard bleuté qui apparaît souvent le matin devant les pentes des montagnes. Le brouillard maintient les caféiers au frais et garantit un climat régulier. La maturation des cerises de café prend donc presque deux fois plus de temps, jusqu'à dix mois. Les cerises, qui sont particulièrement grosses ici, sont récoltées et sélectionnées à la main, évaluées par l'autorité du café et ensuite exportées principalement vers le Japon.

Soit dit en passant, le Blue Mountain est torréfié exclusivement sur place et transporté dans des tonneaux en bois, et non dans des sacs comme les autres cafés.

 

Café jamaïcain

La Jamaïque Blue Mountain se caractérise par un goût particulier. Avec son corps plein, sa douceur et sa faible acidité, ainsi que ses nombreux arômes, c'est une véritable expérience gustative.

 

Cuba

Tout le monde connaît les cigares cubains. Mais le café cubain ? Le voyage du café cubain est aussi turbulent que l'histoire cubaine elle-même. À la fin du XVIIIe siècle, des émeutes et des révoltes d'esclaves font rage dans les Caraïbes. Les agriculteurs français ont été contraints de fuir et ont finalement débarqué à Cuba avec leur café et quelques plants dans leurs bagages. Il est vite apparu que Cuba, avec son climat et ses nombreuses îles montagneuses, offrait de bonnes conditions pour la culture du café et c'est ainsi que la production cubaine de café était née. Surtout jusqu'à la révolution cubaine des années 1950, Cuba exportait de grandes quantités de café, de canne à sucre et de tabac. Les embargos commerciaux et la modification des relations commerciales mondiales, due à la chute de l'Union Soviétique, ont considérablement réduit le volume des exportations. Aujourd'hui, près des trois quarts du café cubain restent dans le pays.

 

La culture du café à Cuba

Avec un sol exceptionnellement fertile et un climat très particulier dans les vallées et sur les pentes montagneuses des quelque 4000 îles, Cuba offre d'excellentes conditions pour la culture du café.

La plupart des plantations sont principalement des plants d'arabica, le robusta n'est que rarement cultivé. Le climat tempéré sur des pentes moyennes et le climat varié avec suffisamment d'ombre produisent de bons grains, mais tous les cafés cubains ne sont pas de grande qualité, beaucoup de petits exploitants en sont encore à leurs premières années de culture et apprennent encore le métier.

La reprise de la culture du café à Cuba est principalement due aux programmes de soutien du gouvernement et à l'aide de pays tels que le Vietnam, où la culture du café prend actuellement des proportions insoupçonnées. Des quantités notables n'ont été atteintes que depuis les années 2000.

 

Le café cubain

Le café cubain est vendu en Allemagne principalement par de petits partenaires directs du commerce équitable. Il est rarement inclus dans les mélanges d'espresso normaux.

En raison des conditions de culture uniques, certains cafés cubains ont des arômes épicés et fumés, qui rappellent parfois même le bois ou le tabac. Le Turquino, une spécialité de café rappelant les cigares cubains, est particulièrement connu dans ce sens. Les grains Arabica de Cuba, qui mûrissent assez longtemps dans les zones de pente moyenne, se caractérisent par un corps plein et une fine acidité. En raison de l'osmose pendant le long processus de maturation, certains des cafés cubains deviennent très sucrés, aux goûts intenses.

Les Cubains eux-mêmes l'apprécient particulièrement : doux, fort, intense, et surtout pas à emporter, car à Cuba le café est encore un produit de luxe relativement cher que tout le monde ne peut pas s'offrir !

 

Nicaragua

Le Nicaragua est entré en contact avec le café pour la première fois en 1790. Certains missionnaires catholiques ont apporté avec eux plusieurs plants et ont cultivé de petites quantités de café pour leur usage personnel. Lorsque, au siècle suivant, la demande mondiale de café est montée en flèche, les Nicaraguayens ont également commencé à cultiver du café en quantités exportables. En 1870, le café était devenu le produit d'exportation le plus important du pays. Comme dans de nombreux autres pays d'Amérique centrale, la culture du café a été freinée par la guerre civile des années 1980. Les exportations vers les États-Unis ont été interdites et de nombreux propriétaires de grandes plantations ont fui à l'étranger.

 

La culture du café au Nicaragua

Avec son climat subtropical et les montagnes Isabelia au centre du pays, le Nicaragua offre d'excellentes conditions pour la culture du café.

Aujourd'hui, environ deux tiers du café nicaraguayen est cultivé dans la cordillère Isabelia. Ici, on cultive principalement des arabicas, en particulier les variétés populaires Bourbon ou Pacarama, qui sont principalement cultivés dans des «Fincas » (ferme) dans des cultures mixtes ombragées et appartenant généralement à une seule famille.

Comme de nombreuses Fincas se trouvent au plus profond des montagnes, et donc aussi dans la jungle, des bêtes de somme sont parfois utilisées comme moyen de transport. Seuls quelques-uns sont accessibles en voiture.

En raison des conditions de vie modérées et des faibles revenus des agriculteurs, de nombreux cafés des montagnes du Nicaragua sont involontairement des produits biologiques, car seuls quelques-uns peuvent se permettre d'acheter des engrais artificiels ou des pesticides coûteux. La situation sur les pentes des montagnes est quelque peu différente. Ici, après la guerre civile, certaines des grandes exploitations agricoles, aussi appelées « Hacienda », ont été relancées avec des plants d´arabica et robusta. 

L'Allemagne reçoit de grandes quantités de café du Nicaragua, dont la plupart proviennent de grandes exploitations, mais malheureusement la qualité n'est pas toujours convaincante.

 

Le café du Nicaragua

Le Nicaragua produit néanmoins de bons cafés qui remportent des concours internationaux. Ils sont parfois difficiles à trouver et la qualité des petites exploitations qui produisent de bons grains variant d´une année à l´autre. Il convient de souligner les cafés qui poussent à l'ombre, qui mûrissent sur les pentes de l'Isabelia du Nicaragua en cultures mixtes et qui deviennent particulièrement aromatiques grâce à l'environnement uniformément tempéré et ombragé. D'une qualité que l'on peut certainement qualifier de spécialité, il se caractérise par une agréable douceur aux arômes chocolatés ou caramélisés et un corps prononcé avec peu d'acidité.

 

Panama

Le Panama est connu dans le monde entier principalement grâce à son canal. Avec son climat tropical, sa biodiversité remarquable, sa jungle et ses plages de sable blanc, le pays attire beaucoup de touristes.

Au début du XVIIIe siècle, les précieux grains ont été introduits dans le pays pour la première fois par les colons et depuis lors, ils sont principalement cultivés dans la partie occidentale du pays. Les exportations de café n'ont jamais atteint des quantités significatives, encore aujourd'hui la petite nation n'exporte que de petites quantités. Outre les crevettes et le sucre, le café est devenu une branche importante de l'économie, surtout ces dernières années, qui connaît actuellement une croissance sans précédent.

 

La culture du café au Panama

La plupart des cafés du Panama sont cultivés dans de petites plantations. Les familles locales, ainsi que de nombreux européens qui sont pour la plupart des descendants de familles impliquées dans la construction du canal et qui ont bénéficié d'une éducation relativement bonne, réussissent de plus en plus à gérer leurs petites Fincas, surtout à l’ouest du pays à la frontière avec le Costa Rica. Il n'y a pas de grandes entreprises industrielles dans le pays.

Sur les pentes au sol fertile et volcanique, on cultive des variétés d'Arabica della Caturra, de Typica ou, plus récemment, de Geisha. Les caféiers prospèrent dans des plantations mixtes, exceptionnellement diverses, ombragées, avec de l´eau et produisent des grains de qualité supérieure.

Les grains Arabica des variétés Caturra, Typica ou, plus récemment, Geisha sont cultivés sur les pentes au sol volcanique fertile. Dans le cadre de cultures mixtes particulièrement variées avec des plantes et des animaux indigènes, et le plus souvent apport d’eau artificiel, les caféiers prospèrent sur un territoire relativement petit et produisent parfois des grains de très grande qualité.

Le Panama tente de plus en plus de devenir un pays réputé pour sa qualité exceptionnelle. Les concours internes de café attirent de plus en plus l'attention du public international et de nombreux caféiculteurs se préoccupent désormais de la culture écologique et naturelle de leurs grains et bénéficient du commerce équitable direct. D’ailleurs, de nombreux Indiens natifs N'gobe Bugle sont employés dans les plantations. Les conditions de travail et les salaires au Panama sont supérieurs à la moyenne de l'Amérique centrale.

 

Le café panaméen

Le café Geisha vole la vedette à tous les autres cafés panaméens.

Étant le café le plus cher du monde, il a suscité un grand enthousiasme, surtout en Asie, et a rendu le Panama célèbre en tant que pays du café.

Considéré comme le café le plus cher du monde, il a fait couler beaucoup d'encre, surtout en Asie, et a fait connaître le Panama comme pays du café. Geisha est une variante de la plante Coffea Arabica, originaire des environs du mont Geisha en Éthiopie, qui est particulièrement résistante à la redoutable « rouille du café ». Avec un goût très particulier, les grains de Geisha atteignent des prix incroyables, jusqu'à 1200 $ le kilo ! Ils se caractérisent par une variété spectaculaire d'arômes pour un corps presque inexistant. Ce sont surtout les arômes doux et floraux qui se distinguent comme aucun autre café.

Il surprend généralement les buveurs de café, car le goût de la geisha n'est que lointain. C'est justement pour cette raison qu'il est devenu un best-seller au Japon et en Chine, pays traditionnellement consommateurs de thé.

Les cafés « normaux » du Panama sont également décrits comme plutôt doux et équilibrés. Avec une acidité discrète et des arômes floraux, il continuera à séduire la clientèle internationale.

 

Porto Rico

En fait, Porto Rico est connu dans le monde entier pour son café. Il y a un peu plus de cent ans, ce petit État insulaire était le plus grand producteur de café au monde. Comme l'île offre de magnifiques plages des Caraïbes, un niveau de vie relativement élevé et une culture unique, c'est surtout le tourisme qui fait vivre Porto Rico aujourd'hui. Le café perd de plus en plus d'importance par rapport à l'industrie textile, à la production de rhum et de sucre.

Cela est principalement dû au fait que les prix du café ont baissé au cours des dernières décennies alors que ceux des autres produits ont augmenté. De plus, Porto Rico est un territoire extérieur aux États-Unis, le niveau des prix, l'éducation et les soins de santé dépassent ceux de tous les autres États des Caraïbes.

Les salaires élevés dans le pays rendent la culture du café souvent très chère. Depuis peu, les cultivateurs de café tentent de relancer la production du café portoricain, célèbre dans le monde entier, grâce à des subventions américaines et à des campagnes de marketing intelligentes.

 

La culture du café à Porto Rico

À Porto Rico, on cultive principalement des grains Arabica des variétés Typica, Bourbon et Catimor. Ils poussent dans de petites plantations, généralement gérées par des familles isolées, et sont cultivés en polyculture bien étudiée. Contrairement à d'autres pays d'Amérique centrale et des Caraïbes, on veille ici à ce que les cultures mixtes contiennent autant de plantes utiles que possible, ce qui rend les plantations plus efficaces que la moyenne.

En raison des salaires élevés dans le pays, les coûts de production sont malgré tout très importants, seule la caféiculture de spécialités absolues est encore rentable. Avec une culture du café très dynamique et particulière et de nombreux touristes, Porto Rico a une consommation de café très haute et ne peut couvrir qu'environ un tiers de sa consommation avec sa propre production. Environ deux tiers sont importés d'autres pays.

Seules de petites quantités de café portoricain sont donc exportées.

 

Café portoricain

Le café portoricain est très apprécié des connaisseurs malgré la baisse de la production. Certains la décrivent même comme la meilleure du monde ! Dans l'ensemble, il se caractérise par une acidité subtile et un corps plein et persistant avec peu ou pas d'amertume. Les arômes inhabituels, qui vont du cèdre à l'amande en passant par l'herbe, sont particulièrement intéressants.